Bois contreplaqué › Comptoir des Bois

Bois contreplaqué

 

bois_05

 

Pour réaliser le contreplaqué, il est au préalable nécessaire de réaliser de grandes feuilles de bois qui seront ensuite collées l’une à l’autre.
Pour ce faire, on déroule une grume  (morceau de tronc) en une fine lamelle de 0.6 à 4 mm d’épaisseur.
Ce  déroulage est effectué suivant le principe ci-contre, en déroulant les strates successives du tronc d’arbre comme on déroule un rouleau de papier).
Ces feuilles seront ensuite superposées et collées entre elles.

 

Si le collage des feuilles se fait en alignant les fibres du bois, nous obtenons le Lamibois qui sera surtout utilisé pour les pièces cintrées. Si le collage des feuilles se fait en décalant chaque “pli” de 90 °, nous obtenons alors le contreplaqué. De cette manière, on obtiendra un matériau plus stable mécaniquement étant donné que les contraintes de déformation d’une feuille seront limitées par la feuille voisine dont les fibres sont orientées perpendiculairement .

 

 

Les feuilles de placage sont disposées autour d’un pli central appelé âme (souvent en bois tendre), le nombre des feuilles est ainsi toujours impair pour garantir un bon équilibre au panneau. Les plis croisés confèrent au contreplaqué une stabilité dimensionnelle et une grande résistance.

La fabrication d’un panneau de contreplaqué nécessite six opérations principales : le déroulage, le tri, l’encollage, le pressage, le ponçage et le sciage.

 Les essences les plus courantes utilisées sont l’okoumé, le bouleau, l’épicéa, le pin, le peuplier.

Pour obtenir un contreplaqué de bonne qualité, on contera au minimum 5 à 7 plis, en fonction de l’épaisseur désirée.

Il existe plusieurs types de contre-plaqués, adaptés à différents emplois et possédant chacun des caractéristiques, des épaisseurs et des formats différents.

Les panneaux contreplaqués peuvent être classés selon différents critères. Selon les classes de service, la norme NF EN 636 distingue 3 types de panneaux :
• Panneaux utilisés en milieu sec (636-1)
• Panneaux utilisés en milieu humide (636-2)
• Panneaux utilisés en milieu extérieur (636-3)

 

Les qualités du contreplaqué sont très proches de celles du bois massif, en termes d’isolation thermique et phonique par exemple. Il offre également une plus grande légèreté et une meilleure résistance à la déformation, aux chocs ainsi qu’aux intempéries. Enfin, il sera très résistant contre les insectes mangeurs de bois et contre les champignons.
Le panneau en contreplaqué est très prisé dans le bâtiment , grâce à son faible coût, à ses qualités techniques, notamment en terme de résistance mécanique et d’isolation.

En structure pour les murs, planchers, supports de toiture, charpentes composites, poutre en I..

En agencement, pour les meubles, comptoirs, stands,

habillage droits ou cintrés, décoration …

Mais aussi en emballage, en construction navale, en coffrage …