Les plans de travail-Plans de travail compact › Comptoir des Bois

Les plans de travail-Plans de travail compact

 

Le stratifié compact est intégralement constitué de kraft et de résine et non plus contrecollé sur de l’agglo comme le stratifié classique.

Ses chants n’apparaissent plus marron, mais ont été travaillés pour être monochromes, blancs ou noirs. Ce stratifié peut donc être recoupé sans qu’il faille gérer l’apparence de ses chants et leur sensibilité à l’humidité.

En blanc ou en noir, les couleurs les plus vendues en plan de travail, le plan apparaît même monochrome.

Le stratifié compact  présente également des qualités techniques renforcées par rapport à un stratifié standard : meilleure résistance à la chaleur (220°), à l’abrasion, ainsi qu’aux chocs.

 

 

 

Le compact est un stratifié à haute pression élaboré à partir de plusieurs couches de papier kraft imprégné de résine pour produire un stratifié d’une épaisseur de 10 mm ou de 20 mm. Idéal pour les plans de travail.

 

 

Le compact peut être posé directement sur les caisson de meubles ou bien sur un support aggloméré hydrofuge de 19 ou 28 mm dont les chants peuvent être plaqués en chant PVC aluminium par exemple.

 

La surface du compact est identique à celle d’un stratifié HPL. D’une grande facilité d’entretien, sa densité particulièrement élevée lui confère une résistance à l’humidité et aux chocs incomparables.

 

Le compact 20 mm est un compromis idéal entre plan de travail en pierre et en stratifié. Il offre des caractéristiques techniques et esthétiques haut de gamme. Résistance à 230°C, qualité HPL. Support qualité hydrofuge. Profil chanfrein.

 

15 décors

 

COB070 ROCHECOC148LIMCO0030NTM FENIXCO0720NTN FENIXCO0509 CLIFF

 

CO3192RCO3276 CLIFFCO3279 CLIFFCO3690AHDCO5568 PLANKY

 

CON105 FUSIONCON105 ROCHECOB189 FUSIONCOB070 ROCHECOC166 FA

 

 

Grâce à l’imputrescibilité du compact il est possible d’intégré une cuve sous plan et d’y associé un égouttoir usiné dans la masse.

 

 

 

 

Tarification, nous consulter

 

 

 

 

.

.

*