Bardages – comprendre

Un bardage est un système d’éléments de parement extérieur destiné à recouvrir les surfaces verticales. 

Intéressante à de nombreux points de vue, la pose d’un bardage permet à la fois de rajeunir une façade et d’améliorer l’enveloppe d’un bâtiment.

• Un bardage est un chantier sec, ne nécessitant pas d’eau et donc pas de délai de séchage.

• Il ne présente aucune contrainte quant au bâtiment d’origine et peut être posé sur toutes constructions : ossatures bois, bien sûr, mais aussi bâtiment en pierres, béton, briques….

• Il permet de rajeunir considérablement un bâtiment vieillissant, en  masquant efficacement les fissures,  en corrigeant  les irrégularités et la planéité des  murs

• Il apporte une touche moderne à une construction neuve.

• Un bardage, associé à un isolant extérieur permet d’améliorer notablement l’isolation thermique et phonique et de satisfaire aux exigences actuelles.

 

A SAVOIR !

Un  bardage ne supporte pas la rétention d’eau. Il doit donc être ventilé, autrement dit, l’air doit pouvoir circuler entre le parement et le bâtiment pour permettre  l’évacuation de l’humidité provenant soit d’infiltrations soit de condensation.

Le bardage n’a pas pour fonction première d’être étanche à l’eau, pour protéger la façade de l’humidité, un pare-pluie est obligatoirement placé entre la lame d’air et le mur.

 

ASTUCES DE PRO !


Pour ventilez correctement le bardage ! Vous devez prévoir :

Un pare-pluie. Indispensable pour garantir l’étanchéité de la façade, il doit être posé entre les tasseaux et le mur conformément aux recommandations du fabriquant avec un recouvrement de 5 cm aux joints horizontaux et de 10 cm aux joints verticaux.

Une lame d’air.  De 20 mm minimum, elle  doit être ménagée derrière le bardage. Profitez des tasseaux  pour sa réalisation..

 Des grilles anti-rongeur.  Installez leen bas et en haut des tasseaux, elles permettront également  d’assurer les entrées et les sorties nécessaires à la circulation de l’air.

Des Tasseaux de 22 à 27 mm, pour fixer les clins de bardage, avec un entraxe de 65cm maximum. Ils  permettront  également la création d’une lame d’air nécessaire à une bonne ventilation.

Respectez une  distance de 20 cm entre le sol naturel et le revêtement pour éviter les projections d’eau et prévoyez des gravillons au sol pour  favoriser l’écoulement rapide de la pluie.

 Fixez les lames de bardage sur les tasseaux uniquement avec des pointes en inox ou en acier galvanisé et annelées ou striées afin d’éviter les coulures noires dues à l’oxydation. Pour des lames d’une largeur supérieure à 125 mm, prévoyez deux points de fixation.

 

Le type de pose, le choix des parements et  de  leur  finition  sont  essentiels.  Ils contribuent  à donner à l’habitation son aspect extérieur final. Evidemment, le choix de l’apparence de votre construction vous revient, cependant, certaines communes imposent des règles concernant l’aspect extérieur des bâtiments. Il faut savoir que les PLU (Les plans locaux d’urbanisme), s’ils ne peuvent imposer ou interdire un matériau, peuvent, en revanche, interférer sur la question de l’aspect… et donc sur la couleur ou l’esthétique d’une façade. Toutefois, les communes, sensibilisées au développement durable, sont de plus en plus enthousiastes face au bardage bois.

 

Il existe deux grandes catégories de bardage extérieur : le bardage en lames (Dit à clins) ou le bardage en panneaux.

Les bardages en lames sont les plus couramment utilisés en France.

Le bardage bois traditionnel se compose de planches brutes de sciage ou rabotées. Elles sont posées en se chevauchant partiellement (sur environ le dixième de leur largeur).

Dans sa  version modernisée, les clins sont profilés sur ses quatre côtés ou seulement dans la longueur. Les lames sont ainsi parfaitement tenues même en cas de variations dimensionnelles. 

 


Sens de pose des clins


Les lames de bardage peuvent être posées à l’horizontale, c’est la  pose à l’américaine. Ce principe est souvent choisie pour donner plus  d’ampleur à de petites surfaces, elle donne l’illusion, grâce aux lignes de fuite, que la maison est plus grande.

La pose à la scandinave, les lames sont  placées à la verticale  donnant  une impression de hauteur. 
La pose en oblique : la plus élégante ; elle requiert une grande habileté 

.

.

Comment assembler un bardage clin ?

Pour un bardage clin, selon le profil des lames et le concept retenu, l’assemblage des lames de bardage  peut s’effectuer de plusieurs façons :
  • à emboîtement visible ou invisible :
    • les lames sont emboîtées les unes dans les autres grâce à des languettes, la présence ou non de rainures rend l’emboîtement plus ou moins visible,
    • ce procédé est le plus rencontré, sa mise en œuvre est facile et régulière,
    • les languettes sont toujours dirigées vers le haut,
    • pour une pose horizontale ou verticale ;
  • à recouvrement horizontal, dit « à clin » au sens propre du terme 
    • ce procédé est le plus traditionnel, l’écoulement de l’eau est optimal, l’humidité ne pouvant s’introduire entre les lames,
    • les lames sont posées horizontalement en partant du bas, chaque nouvelle lame recouvre en partie la précédente, en général de 2 à 3 cm,
    • les lames sont clouées sur des voliges avec des pointes inox,
    • n’oubliez pas de majorer votre surface au moment de l’achat pour prendre en compte ce recouvrement (entre 20 % et 30 % selon la largeur des lames) ;
  • à chevauchement bords droits :
    • les lames à bords droits possèdent un profilé permettant le chevauchement,
    • pour une pose horizontale ou verticale,
    • assemblage un peu moins stable dans le temps ;
  • à claire voie : Pour le bardage à claire voie les lames ne sont pas superposées, elles sont espacées de plusieurs centimètres. Les interstices doivent toutefois être réguliers pour conserver l’aspect esthétique, pouvant aller jusqu’à 50 mm.
  • à couvre-joints 
    • ce procédé rustique, souvent retrouvé dans les anciennes constructions agricoles, présente une bonne étanchéité,
    • les lames sont posées verticalement bord à bord, des lattes de dimensions plus réduites recouvrent chaque joint,
    • pour une pose horizontale ou verticale,
    • inconvénient : procédé grand consommateur de bois et de pointes ;

 

Les différents matériaux

Le bardage peut être effectué avec différent bois ou avec des matériaux dérivés ou composites

  • Soit des bois  à grande longévité : chêne, robinier, mélèze, châtaignier, western Red Cedar, et bois exotiques tels que l’Ipé, et l’Iroko.
  • Soit des bois nécessitant d’être traité par : autoclave,  le pin maritime, le pin sylvestre, à haute température l’épicéa, le peuplier…
  • Soit en matériaux composite tels que : fibre bois, fibre bois résine polymère, ou encore en lamellé-collé.